Les 5 étapes du deuil

La mort ou cessation de la vie, est un terme qui effraie. Dès qu’on entend ce terme, un état psychologique de souffrance et de douleur survient. À toutes les époques et en tous lieux, l’homme a subi cette peur et ce traumatisme. Pour y faire face, il a inventé des rituels pour l’aider à l’aborder avec facilité et essayer d’aller même jusqu’à l’exorciser.

Car dès qu’on prend conscience de la mort d’un être cher, il est inévitable de connaître l’état de dépression et de souffrance qui s’en suit et qui peut durer longtemps. Ce processus passe par différentes phases. Elle est appelée “élaboration du deuil”. En référence à ce travail d’élaboration émotionnelle, la personne endeuillée doit effectuer des actions et divers processus sociaux afin d’intérioriser les événements qui sont la mort et la perte. Ainsi lors de ses recherches, Elisabeth Kubler-Ross a observé qu’il existe 5 étapes du deuil. 

1. Étape du déni

Cette première étape du deuil consiste généralement au refus du décès de l’être aimé. La personne endeuillée déni le chagrin et la douleur qu’apportent la perte de l’être cher. C’est un mécanisme de défense très naturel du cerveau afin d’éviter les souffrances atroces qui peuvent être insupportables surtout lors des premiers moments. Ainsi, l’esprit nie et refuse de croire en la mort du bien-aimée pour se défendre contre la douleur excessive.

2. Phase de colère

Puis survient la phase de la colère. Ceux qui souffrent d’un deuil commencent à se demander pourquoi ? Ils sont en colère contre le destin et la vie et vivent la mort de l’être aimé comme une injustice. Passage fondamental, la période de colère figure dans le processus psychologique qui coïncide avec un moment de fragilité particulier de la personne. En effet, en raison de la souffrance, elle peut demander une aide forte ou se refermer sur elle-même dans un état de prostration.

3. Phase de négociation

Dans cette phase, l’esprit essaie de trouver une solution, de réagir à l’impuissance en créant des réponses ou en trouvant des solutions pour expliquer et analyser ce qui s’est passé. Vous essayez de reconnaître que la perte est irréversible et vous commencez à reprendre votre vie en main.

4. Phase de dépression

Une fois que l’esprit s’est abandonné à la vision de l’inévitable, il entame une véritable prise de conscience du chagrin qui, au lieu de soulever la personne qui en souffre, peut l’amener à vivre une profonde dépression pour ce qui s’est passé et qui ne peut être changé. C’est un moment très délicat, car il implique également que ceux qui ont subi la perte réalisent maintenant parfaitement ce que cette perte a signifié dans leur vie.

5. Phase d’acceptation

C’est la phase dans laquelle les personnes endeuillées acceptent ce qui s’est passé, font la paix avec cela et, même si elles connaissent des moments de dépression modérée, veulent reprendre contact avec la vie et la réalité. La mort d’un être cher finit par devenir un événement triste mais irréversible et l’on commence à repenser à l’avenir et à ses projets de vie.