Décès d’un proche : quelles sont les 5 étapes du deuil ?

La mort est l’une de nos peurs ancestrales les plus profondes, le thème psychologique qui nous met le plus souvent en état de crise et de souffrance. À toutes les époques et en tous lieux, l’homme a subi la peur et le traumatisme de la mort et a même inventé certains rituels pour aider à l’élaborer et même à l’exorciser. Dès que l’on prend conscience de la mort d’un être cher, il est inévitable d’avoir un état de dépression et de souffrance qui dure longtemps. Ce processus, qui passe par différentes phases, est appelé “élaboration psychique du deuil”. Selon certaines théories psychologiques, il existe 5 étapes du processus de deuil.

1. La phase de déni

À ce stade, la personne ayant subi la perte se prive du chagrin et de la perte d’un être cher. C’est un mécanisme de défense très naturel indispensable à notre cerveau pour éviter des souffrances atroces, qui pourraient être vraiment insupportables, surtout dans les premiers moments. Par conséquent, l’esprit nie et refuse de croire en la mort de cet être cher pour se défendre contre une douleur excessive.

2.  La phase de colère

Durant cette phase, ceux qui souffrent de la perte commencent à se demander la raison d’une telle situation. Ils sont en colère contre le destin et la vie et vivent la mort de l’être aimé comme une injustice. La période de colère est un passage fondamental dans le processus psychologique qui coïncide avec un moment de fragilité particulière de la personne proche du décédé. À ce stade, elle peut, soit demander une aide forte ou se refermer sur elle-même dans un état de dépression.

3.  La phase de négociation

Durant cette phase, l’esprit essaie de trouver une solution, de réagir à l’impuissance en créant des réponses ou en trouvant des solutions pour expliquer et analyser ce qui s’est passé. Le proche du défunt essaie alors de reconnaître que la perte est irréversible et il commence à reprendre sa vie en main.

4.  La phase de dépression

Une fois que l’esprit s’est abandonné à la vision de l’inévitable, il entame une véritable prise de conscience du chagrin qui, au lieu de soulever la personne qui en souffre, peut l’amener à vivre une profonde dépression pour ce qui s’est passé et ce qui ne peut être changé. C’est un moment très délicat, car il implique également que ceux qui ont subi la perte réalisent maintenant parfaitement ce que cette perte signifie dans leur vie.

5.  La phase d’acceptation

C’est la phase dans laquelle les personnes endeuillées acceptent ce qui s’est passé, et font la paix avec la situation. Et même si elles connaissent des moments de dépression modérée, elles veulent reprendre contact avec la vie et la réalité. La mort d’un être cher finit par devenir un événement triste, mais irréversible et l’on commence à repenser à l’avenir et à ses projets de vie.