Quel est le principe de l’inhumation?

La mort d’un être cher est l’une des blessures les plus profondes qui peuvent marquer notre existence d’une façon indélébile. Face à la mort, en effet, l’humanité entière se dépouille de ses certitudes, révélant les faiblesses les plus intimes qui se cachent involontairement dans la vie quotidienne.

Dans de telles circonstances où la douleur et la souffrance ont un poids spécifique incalculable, la famille du défunt doit également trouver la force de faire face aux tâches administratives nécessaires à la réalisation de la cérémonie funéraire. Parmi celles-ci, il y a immédiatement la définition du type de sépulture souhaité pour célébrer au mieux la mémoire de la personne disparue.

Le choix, comme on peut facilement le deviner, n’est pas accidentel et est dicté par la volonté de la personne disparue (souvent clairement indiquée dans le testament), les éventuelles croyances religieuses professées dans la vie et les évaluations faites par la famille.

Qu’est-ce que l’enterrement ?

C’est un procédé opérationnel qui consiste à enterrer le bonnet funéraire (généralement en bois facilement décomposable sans enveloppe intérieure étanche en zinc – l’utilisation de matériaux non biodégradables est interdite) – contenant la dépouille du défunt – dans une fosse creusée dans la terre nue à une profondeur d’environ deux mètres et réalisée en tenant compte des dimensions minimales requises par le règlement de la police des mines. La législation actuelle établit et définit les caractéristiques des espaces considérés comme appropriés pour l’inhumation.

Comment se déroule l’inhumation ?

Tout le processus administratif et documentaire lié à l’inhumation est pris en charge par le salon funéraire choisi par la famille du défunt, mais il est utile de décrire comment cela se passe.

La première étape consiste à signaler le décès à la municipalité de résidence, qui peut alors procéder à la délivrance du permis d’inhumer le défunt. Cette autorisation est accordée par l’officier d’état civil de la mairie au plus tôt 24 heures après le décès.

La procédure prévoit en outre la rédaction de documents et les démarches administratives qui sont normalement effectuées par l’agence funéraire qui s’occupe de la cérémonie. En détail, elles sont nécessaires:

Les opérations minimales préparatoires à l’enterrement sont :

Déplacement du cercueil du corbillard au lieu d’inhumation au moyen d’un équipement approprié, dans le plein respect du cadavre;
Préparation de la tombe selon les critères établis par la loi et dans des parcelles de terrain identifiées par la municipalité;
Introduction du cercueil au moyen d’un équipement approprié qui empêche les chocs et les contrecoups;
Introduction du cercueil au moyen de pelles à main. L’ensemble de l’opération requiert le plus grand soin et la plus grande délicatesse de la part des opérateurs car elle peut facilement affecter la sensibilité des membres de la famille. En vertu de cela, ceux-ci seront retirés pour procéder au remplissage complet de la fosse;
Forme de monticule selon les dimensions et les formes établies par la réglementation en vigueur. Ensuite, une pierre commémorative numérotée est mise en place et finalement – en respectant les souhaits de la famille – une croix en bois est placée;
Entretien du monticule prévu pour les six premiers mois et effectué par le service d’entretien du cimetière. Pendant cette période, aucune pierre tombale ou de marbre ne peut être posée par les proches du défunt.

Différences entre enterrement et sépulture

Par opposition à l’enterrement, la sépulture consiste à enfouir le cercueil dans des objets spéciaux (également préfabriqués) placés à l’intérieur des cimetières et appelés tombes ou chapelles familiales.

Le cercueil est constitué d’un double cercueil : un extérieur en bois et un intérieur en zinc hermétiquement fermé. Cela contribue à rendre ce type d’enterrement idéal pour la longue conservation du cadavre. C’est précisément pour cette raison que la législation nationale réglemente l’octroi d’une durée minimale qui est en moyenne de 40 ans, avec possibilité de renouvellement en fonction des besoins individuels et dans le respect de certaines conditions fixées dans le règlement.

En cas d’inhumation, la pierre tombale est normalement fournie dans le kit afin de maintenir une uniformité esthétique qui doit également être préservée par les parents du défunt lors de la personnalisation du cadre, généralement confiée aux opérateurs du secteur.