Comment se déroule l’incinération d’un défunt ?

La crémation d’une personne décédée est une pratique de plus en plus répandue en Italie, un choix alternatif à l’enterrement ou à la sépulture. Ce qui était auparavant considéré avec une certaine méfiance mais qui est maintenant largement apprécié même après l’assentiment de l’Église catholique.

Première phase de la crémation

Les phases de la crémation d’une personne décédée sont essentiellement au nombre de quatre. Tout d’abord, les crémulateurs déposent le cercueil sur des guides métalliques. Il le placent à l’intérieur du crématorium, dont les parois deviennent chaudes soit à l’aide de chauffages électriques ou de brûleurs à gaz, soit par la flamme directe. À l’intérieur du four, la température atteint 1000 degrés. La chaleur est très puissante et est capable de vaporiser les tissus mous, de brûler la peau et les muscles et de calcifier les os. Les gaz produits par la crémation sont expulsés par un système de ventilation. Ce dernier élimine également les odeurs désagréables. Après environ deux heures, le corps est complètement brûlé avec le cercueil. La poussière et les restes sont déposés au fond du four.

Deuxième phase de la crémation

La deuxième phase de la crémation implique l’intervention de l’expert pour l’organisation obseques. Il doit écraser les restes partiellement incinérés et les recueillir dans un plateau où ils resteront pour refroidir. Il est possible que les restes du défunt contiennent également des objets métalliques de divers types tels que les vis chirurgicales, les prothèses, les appareils dentaires. Les restes métalliques du cercueil sont retirés par le personnel de service à l’aide d’un aimant puissant.

Troisième phase de la crémation

La troisième phase est celle qui prévoit l’utilisation d’un dispositif appelé crémulateur. Il sert à pulvériser davantage les restes du défunt jusqu’à ce qu’ils deviennent un sable fin et mince, de consistance légèrement pâteuse et blanche. La dernière phase est celle qui prévoit le déplacement des restes à l’intérieur de l’urne funéraire. Jusqu’à il y a quelques années, les urnes ne pouvaient être conservées que dans le cimetière. Aujourd’hui, en revanche, il est possible de les emporter dans la maison ou de disperser les cendres dans des cimetières spéciaux ou, sous réserve d’une autorisation, de les disperser dans la nature. La volonte defunt doit être mise en avant. Pour le bon déroulement des services funéraires, vous devez faire appel à une entreprise pompes. La dispersion cendres dépend des civilisations. Dans la ville paris, il existe plusieurs moyens d’assurer l’obsèque d’une personne décédée. L’assurance obsèques peut vous permettre de gérer certaines dépenses.